Là où une petite entreprise peut avoir de grands projets : la permaculture dans l’artisanat

Aujourd’hui j’aimerais prendre le temps d’expliquer ce que j’entends par l’engagement de l’atelier-conserverie : loin d’être un simple argument commercial, être engagé pour un monde meilleur est véritablement la raison d’être de Bocaux des Jardins du Pic.

Le libéralisme débridé de notre économie a généré des anomalies dans nos manières de vivre : nous le constatons, ouvrir nos circuits de consommation au monde entier provoque des déséquilibres qui se traduisent entre autres par des surproductions d’objets et de nourriture de mauvaise qualité, délétères pour l’environnement et les hommes à tous les stades de leur vie. Ce système a même inventé la notion de déchet : un rebut inutilisable, c’est inouïe dans l’histoire de la Vie, habituée à tout recycler. Cela dément les cycles vertueux omniprésents dans la Nature, qui lui permettent de produire des miracles avec l’unique énergie du soleil, et sans le moindre gâchis.

La Permaculture dans son essence est l’imitation de ces lois de la Vie pour la mise en place de systèmes pérennes et spontanément abondants, car basés sur des cycles vertueux. Elle s’applique à tous les niveaux de notre quotidien : on parle souvent d’un potager en permaculture, mais il faut voir plus large car il est possible d’inclure toute activité humaine dans cette démarche…A commencer par la production et la consommation de notre nourriture.

Dans le palpitant manifeste sur le biomimétisme de Janine M. Benyus, l’auteure dresse ainsi la liste des vertus d’un écosystème mature, inscrit dans la démarche de la permaculture :

  1. Utiliser des déchets comme ressources
  2. Se diversifier et coopérer pour exploiter pleinement l’habitat
  3. Capter et utiliser l’énergie avec efficacité
  4. Optimiser plutôt que maximiser
  5. Utiliser les matériaux avec parcimonie
  6. Ne pas souiller son nid
  7. Ne pas épuiser les ressources
  8. Rester en équilibre avec la biosphère
  9. Se nourrir d’informations
  10. Se fournir localement

 

Je suis vivante et j’aime la terre. Créer Bocaux des Jardins du Pic n’a de sens pour moi que si cette entreprise s’inscrit dans la construction d’un avenir résilient ! C’est pourquoi l’atelier-conserverie respecte au maximum les principes évoqués ci-dessus : pour cela, Bocaux des Jardins du Pic :

  1. Utilise en toutes saisons les surproductions de légumes et de fruits, les hors-calibre ou les abîmés qui ne seraient pas valorisés autrement.
  2. Élabore ses recettes en fonction des opportunités et recherche les projets collaboratifs : l’atelier travaille au plus près de ses partenaires : les producteurs, les autres artisans, et vous, les clients finaux !
  3. Met en place des systèmes pour utiliser l’énergie « gratuite », notamment le soleil pour le séchage, ou les bactéries lactiques avec la lactofermentation
  4. Privilégie la qualité des produits sur la quantité : petites productions de recettes élaborées en conscience
  5. Récupère les bocaux vides pour les réutiliser ! Ramenez-les moi juste rincés, ils auront une deuxième vie. De même pour les plats à emporter, je serais ravie de vous servir directement dans vos propres contenants réutilisables.
  6. Ne rejette aucune substance nocive dans l’environnement, réduit au maximum le recours aux transports en se fournissant et en distribuant localement
  7. A une production à taille humaine, produite et distribuée localement
  8. S’inscrit dans le réseau tissé entre producteurs, artisans et consommacteurs du territoire Pic Saint Loup. Reste à l’écoute du terroir.
  9. Privilégie la rencontre en direct, pour les ventes, en allant visiter les producteurs/fournisseurs, et en randonnant abondamment dans nos paysages magnifiques
  10. Travaille au maximum avec les ressources disponibles dans le bassin local. J’utilise de préférence des ingrédients que je trouve dans un secteur géographique restreint à notre région (50km à la ronde maximum). De même je choisis soigneusement tous mes interlocuteurs (fournisseurs de bocaux, imprimeurs ou banque) de manière à traiter en local avant toute autre considération.

En asseyant l’activité quotidienne de l’atelier sur de telles bases j’espère faire bien plus que la cuisine pour vous : j’espère participer et vous faire participer à une douce transition vers un monde humain plus en accord avec les lois de la vie. Je suis intimement convaincue qu’une telle transition est nécessaire et aura lieu quoiqu’il arrive : alors, qu’en dîtes-vous ? On y va ensemble?

3 commentaires pour “Là où une petite entreprise peut avoir de grands projets : la permaculture dans l’artisanat

Répondre
  1. Grasset Jean-Max|

    Je viens de lire ton mail et voilà une journée qui commence de la meilleure des façons.
    Ton projet est magnifique car il est accompagné d’une façon d’être, d’un idéal de vie qui redonne un sens à la vie. Le respect des choses et des êtres est au centre de ton investissement et c’est ce que nous avons le plus perdu lors de ces dernières décennies.
    Je t’adresse toutes mes félicitations et mes meilleurs encouragements. C’est grâce à des projets comme le votre, car j’associe un peu Ben… que la vie sera plus belle demain.
    A très bientôt et bon courage
    Jean-Max

    1. Merci Jean-Max pour tes mots qui me vont droit au coeur 🙂
      Et merci pour les encouragements, ils sont importants pour moi!
      A très bientôt
      Sarah

  2. Un grand bravo pour ton investissement, ta determination et ton engagement pour cette noble cause! En plus, c’est super bon!
    Des produits sains, delicieux, avec une veritable démarche respectueuse des autres et de notre ecosystème, on en veut!
    Bien du courage et bonne reussite à toute l’équipe!
    Vive les bocaux des jardins du Pic!

Laissez votre réponse

Abonnez-vous à la newsletter de l’atelier!